Faux cosmétiques Bio et greenwash ? nouvelle norme cosmétiques naturels ISO 16128

z35W7z4v9z8w

L’heure est grave, un coup de gueule est nécessaire. Il est important de vous avertir de ce qui va arriver dans vos cosmétiques naturels: la nouvelle norme en vigueur est un recul sévère et permet bien des dérives pour vos soins naturels et Bio.
Que ce soit CosmeticOBS, L’Observatoire des Cosmétiques, Générations Futures, Génération Cobayes, WECF, Les Naturalistas et Cosmébio ou encore les labels connus du Bio : tous veulent que vous preniez conscience que la nouvelle norme ISO 16128 va permettre des cosmétiques aux mentions “naturel” qui n’en seraient pas réellement.

nouvelle norme cosmétique naturel 2017

Explication sur cette règle mondiale qui autorise l’introduction de certaines substances dans les ingrédients et les produits cosmétiques naturels et biologiques.

Désormais toute marque peut parler d’ingrédient “naturel” ou de soin “naturel” même si le cosmétique contient des ingrédients longtemps décriés par les labels Bio habituels.

Ainsi votre soin préféré naturel pourrait comporter des conservateurs comme le phénoxyéthanol ou les parabènes. Comme des dérivés pétrochimiques, à condition qu’ils soient présents dans la nature : ainsi l’huile de pétrole étant disponible dans la nature elle est autorisée.
Autre exemple potentiel: les silicones : une huile de silicone fabriquée à partir de 70 % de “sable naturel” peut être crédité d’un indice d’origine naturel.

Les alcool dénaturés, donc des alcool ayant subi une transformation chimique ou physique : “Les dénaturants de l’alcool sont autorisés lorsqu’ils sont obligatoires pour des raisons fiscales”, explique la FEBEA. Le diethyl phthalate risque donc de réapparaitre.
Les solvants chimiques, les parfums de synthèse, les dérivés de pétrole pourraient être incorporés à un cosmétique même si il porte la dénomination “soin naturel”.

OGM cosmétqiue bio soin naturel

Point qui va déplaire à certaines et certains: les OGM seraient autorisés dans les soins naturels et Bio.

Autre point : vous pourriez parler de “soin Bio” sans avoir de minimum d’ingrédient bio à incorporer. la porte ouverte à bien du greenwash (faire croire à un produit vert alors qu’il est majoritairement chimique).

Afin de mieux comprendre cette norme ” cosmétiques naturels ISO 16128″ imaginez un gel douche naturel dans le futur: il peut comporter des colorants chimiques, du pétrole, des silicones, des extraits de plantes OGM, des solvants chimiques, des conservateurs décriés, et au final ne contenir que 1% d’ingrédient réellement issu de plantes.

nouvelel norme bio cosmetique naturel

 

Les représentants de la cosmétique biologique labellisée dénoncent un manque de clarté organisée, au détriment d’une bonne information des consommateurs.

nouvelle norme cosmétique naturel bio

Quelle solution pour le consommateur ?
1. Fiez-vous aux labels et aux certification comme Cosmebio, Ecocert, BDIH, Nature et Progrès. Au cahier des charges COSMOS.
2. Lisez la composition de vos cosmétiques : les ingrédients son listés de la plus grande concentration au moins présent. Vous verrez vite si des silicones, des pétroles, de shuiles minérales, paraben, phtalates y sont inclus.

Je vous invite à lire le sérieux article de CosmeticOBS goo.gl/CPbsZ3

Personnellement je ne consomme pas prioritairement des cosmétiques bio ou naturels, cependant je souhaite que les marques soient transparentes quad aux ingrédients de leurs crèmes et ne mettent pas en avant une promesse verte ou bio éloigné du réel contenu du soin vendu.

Jeff

Images : Giffy et Cosmebio(r)

Summary
norme cosmétiques naturels ISO 16128
Article Name
norme cosmétiques naturels ISO 16128
Description
Décryptage de la norme cosmétiques naturels ISO 16128 de Septembre 2017: ce qui va changer dans vos cosmétiques naturels et Bio. Comment y échapper, les solutions pour el consommateur.
Author
Partagez avec Amour ♥ : Share on FacebookPin on PinterestTweet about this on TwitterShare on Google+

2 commentaires sur “Faux cosmétiques Bio et greenwash ? nouvelle norme cosmétiques naturels ISO 16128

  1. Vigilance !!! Il est surprenant également de constater qu’aucun pourcentage minimum de bio ne sera exigé. Le risque est, par conséquent, de ne pas voir de différences entre un cosmétique certifié répondant à un cahier des charges rigoureux ET un cosmétique affichant “bio” incluant des ingrédients pétrochimiques et polluants.

  2. Si la fédération des entreprises de beauté s’en réjouit, un collectif d’associations et de professionnels du bio dénonce une potentielle “tromperie pour les consommateurs” et nous devrions rester vigilants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.